Philosophie de La Pagaille

« Le sens de la vie est la plus pressante des questions ».

Cette pensée de Camus est en chacun.e d’entre nous. Elle en appelle tant

d’autres. Pour y faire face, nous avons l’intime conviction qu’entre autre,

deux mouvements sont indissociables. S’interroger soi-même. Partager ses

questions avec autrui. Mais dans un monde riche en organisations, nous avons

parfois la sensation d’une pauvreté en relations. Des relations faites de

moments de vie et de questions. Comment oser la rencontre si seule la peur

de l’autre guide nos pas ? Comment s’ouvrir à l’autre en toute sincérité si

nous ne pouvons mettre des mots sur ce qui nous domine ?

Ces questions nous fournissent la force pour créer un mouvement dont

l’objectif est d’oser la rencontre, de tenter de se poser des questions. Pour au

final créer un monde où chacun.e se sente plein.e de lumière. Parce que les

réflexions riment avec expression, nous avons choisi de nous regrouper en

citoyen.ne.s autour de l’art et de la politique. L’art en tant que moyen

d’expression. La politique en tant que moyen de nous organiser

collectivement. L’art et la politique en tant que moyen et sens de la vie.

« Nous sommes dans un monde où les expériences à vivre ensemble deviennent de plus en plus rares. Ce qui rend le spectacle vivant encore plus précieux. »

Anne Teresa De Keersmaeker

Pour aller plus loin: Pourquoi “La Pagaille”?

                                     Notre oscillation

Pourquoi « la pagaille » ?

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close